Du genre dans les numéros de Sécurité Sociale

Le journal Libération publie aujourd’hui une tribune du collectif La Barbe réclamant la suppression du chiffre indiquant le sexe dans le numéro de Sécurité Sociale. Cet article est à mon avis une erreur de communication. Les idées affichées sont trop « énormes », trop provocantes, trop déstabilisantes pour qui n’a jamais étudié ces questions. En plus, il se focalise sur un point de détail, le numéro de Sécurité Sociale, au lieu de parler du problème de fond général, à savoir la mention du genre des individus dans les documents administratifs.

Malgré tout, je ne m’attendais pas à autant de commentaires négatifs. Le rejet est massif, tant dans les commentaires que sur Twitter. Des amis m’ont même tenu des discours qui m’ont stupéfait, dans le style : « On ne va pas s’emmerder à changer un truc qui existe depuis longtemps et qui me convient très bien à moi, juste pour faire plaisir à une minorité ». Autrement dit, exactement le même argument que celui qu’utilise l’UMP pour s’opposer à l’ouverture du mariage aux homosexuels. Hé, les potes pédés, ça ne vous pose pas un problème d’employer contre les autres les arguments débiles qu’on utilise habituellement contre vous ? Moi si.

La question soulevée par cet article est pourtant très intéressante. Sur tous nos documents administratifs figure notre genre. À quoi cela sert-il ? Probablement pas à grand-chose, dans les rares cas où cette information serait utile, elle pourrait être obtenue par un moyen plus spécifique. Et surtout, il n’y a que deux cases possibles et l’appartenance à une case ou à l’autre n’est pas un choix de l’individu, ni même de la Nature qui nous fait naître avec un pénis ou un vagin ; mais du ressort de l’État. C’est l’officier de l’état-civil qui coche la case et sa décision est souveraine. Il faut un juge pour la modifier.

C’est choquant. Que vient faire la justice dans cette histoire ? Si mon sexe biologique ne correspond pas au genre auquel j’ai le sentiment d’appartenir, pourquoi faut-il une enquête de police et le pouvoir d’un juge pour m’expliquer que c’est bien ou mal, que j’ai le droit – ou pas – de me sentir homme ou femme ? (En pratique, c’est même bien pire que cela, la loi française étant une des plus barbares en la matière : les juges n’acceptent le plus souvent un changement de genre à l’état-civil qu’après un long parcours psychiatrique et une opération chirurgicale mutilatrice.)

Contre cette ineptie, et dans le contexte de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe qui tend à faire penser que le législateur comprend enfin que ni le sexe ni le genre des individus ne sont vraiment importants, cette proposition du collectif La Barbe me paraît tout à fait sensée et digne d’intérêt.

Franchement, à part une résistance au changement mal placée, que votre numéro de Sécurité Sociale soit tiré au sort ou fabriqué à partir d’informations signifiantes, qu’est-ce que ça peut bien vous foutre ?

Jeux de langues

On dit souvent que le français est une des plus belles langues du monde, mais tout de même, le linguiste manqué à l’intérieur de moi trouve qu’il y a dans les autres langues tout plein de gadgets amusants qui font cruellement défaut au français.

À l’exception de sa variante parlée dans le sud, notre langue n’est pas accentuée. Toutes les syllabes se prononcent avec à peu près la même intensité et au même niveau. C’est très différent de l’anglais britannique, par exemple, où il existe des différences d’accentuation importantes entre les syllabes. Un ami serbe qui à force de vivre en France oubliait petit à petit sa langue maternelle me racontait que lorsqu’il retournait au pays, il plaçait parfois les accents toniques au mauvais endroit, ce qui le faisait passer pour le dernier des ploucs.

Notre langue ne possède pas de tons. La hauteur des voyelles, c’est-à-dire la fréquence des sons, n’est pas significative (ou alors marginalement, par exemple pour marquer une interrogation). Ce n’est pas le cas dans beaucoup de langues orientales, où la même syllabe peut avoir une signification complètement différente selon qu’elle est prononcée grave, aiguë, en faisant varier le son vers le haut, vers le bas, ou encore vers le haut puis vers le bas. Ce qui est amusant, c’est qu’on a constaté que les locuteurs natifs de ces langues tonales développaient une aptitude cérébrale particulière à la reconnaissance des fréquences sonores ; du coup, ils ont plus souvent que les autres l’oreille absolue. Une étude a montré qu’après un an au conservatoire de musique, 60 % des élèves chinois ont l’oreille absolue, contre seulement 14 % des élèves américains.

Notre langue n’est pas flexionnelle. La fonction d’un mot (auteur de l’action, bénéficiaire de l’action, outil utilisé pour faire l’action, moment de l’action, lieu de l’action, etc.) est seulement indiquée par sa position dans la phrase et par quelques prépositions. Par exemple, le sujet se reconnait typiquement au fait qu’il est avant le verbe et les compléments au fait qu’ils sont après. Au contraire, en latin, en allemand ou en russe, la position des mots dans la phrase n’est pas porteuse de sens (bien qu’elle puisse être imposée par l’usage). On distingue l’auteur, le bénéficiaire, le lieu, etc. en fléchissant la fin du mot. Ainsi le proverbe latin asinus asimum fricat où les terminaisons en -us et en -um indiquent respectivement l’âne sujet et l’âne COD.

Notre langue n’est pas non plus isolante. Les mots s’accordent en genre et en nombre, les verbes se conjuguent pour marquer la personne, le temps, le mode. En chinois mandarin, au contraire, tous les mots sans aucune exception sont invariables. C’est d’ailleurs assez logique quand on pense au système d’écriture par idéogramme, qui ne permet pas comme notre système alphabétique les modifications de la graphie d’un mot. En l’absence de conjugaison, on utilise pour marquer les temps et les modes, des périphrases, des proverbes, des expressions toutes faites. De là vient probablement la caricature classique du Chinois qui utilise de longues tirades un peu précieuses pour exprimer des choses toutes simples.

Notre langue ne possède que deux genres, le masculin et le féminin. Dans d’autres langues, comme l’anglais, l’allemand ou le latin, il existe aussi un genre neutre. Il est toutefois amusant de constater qu’à l’exception de l’anglais qui utilise une règle claire (tout ce qui n’est pas humain est neutre sauf les gros bateaux qui sont des filles), la répartition des noms entre masculin, féminin et neutre est assez aléatoire. Par exemple, on peut aussi se demander pourquoi en allemand fräulein (mademoiselle) est neutre plutôt que féminin, ou bien pourquoi le genre des choses est si souvent différent entre le français et l’italien (le dos/la schiena, je ne m’y ferai jamais !).

Notre langue n’a que deux nombres, le singulier et le pluriel. Dans d’autres langues, comme l’arabe moderne ou le grec ancien, il y a également un duel, qui sert pour les objets allant par deux. Il en subsiste une trace en anglais, avec both qui est le duel de all. D’une façon générale, le pluriel (ou le duel) est obtenu en ajoutant une marque distinctive au mot singulier (généralement un -s en français et en anglais). Le breton se distingue en faisant l’inverse : beaucoup de mots sont naturellement au pluriel, et c’est pour obtenir le singulier qu’il faut ajouter une marque. Ainsi, gwez au pluriel (des arbres) donne gwezenn au singulier (un arbre).

Notre langue n’utilise pas les classificateurs. Quand on désigne un objet, notre grammaire n’impose pas de rajouter un mot ou d’accorder le reste de la phrase selon la classe à laquelle cet objet appartient. C’est très différent en japonais, où le nom des chiffres varie en fonction du type d’objet qui est dénombré. Ainsi, on compte différemment les personnes, les oiseaux, les lapins, les petits animaux, les gros animaux, les objets fins et plats, les objets longs et cylindriques, les objets technologiques, les vêtements, les objets portés aux pieds, les liquides, les médicaments de forme ronde (pilules et autres gélules), les chapitres d’un livre, etc.

Bref, le français est une des plus belles langues du monde, mais je la trouve quand même un peu monotone.

Petit manuel de gayrilla (2)

Comme on pouvait s’y attendre, le projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples homosexuels déclenche des avalanches quasi quotidiennes de déclarations ridicules, stupides, voire insultantes. Je n’ai pas envie de revenir sur chacune d’elle en particulier, je pense que la plupart sont suffisamment idiotes pour s’auto-discréditer toutes seules. Ce qui est excessif est insignifiant. Mais j’aimerais tout de même rebondir sur quelques points.

La perte des valeurs

C’est le grand credo de Christine Boutin et des membres de son parti : accorder le mariage à tous est un signe de la perte des valeurs de notre société, cela irait même (sic) jusqu’à brouiller les repères dont nos concitoyens ont particulièrement besoin en ce moment.

Stratégie de communication classique : ce sont des phrases tellement creuses que tout un chacun peut les approuver mollement. Du simple fait que les valeurs de la jeune génération sont différentes de celles de l’ancienne, toute personne suffisamment âgée peut en déduire que les valeurs se perdent. Or non, les valeurs ne se perdent pas. Elles évoluent.

Ainsi donc, pour le Parti Chrétien Démocrate, ouvrir le mariage aux couples de même sexe serait une perte de valeurs. Mais lesquelles ? La fécondité du mariage ? Les homos ne sont pas stériles (voir point suivant). La supériorité du couple hétéro pour fonder un foyer et élever des enfants ? Plusieurs dizaines d’études montrent que c’est faux. La supériorité du couple hétéro pour fonder la société ? J’attends encore qu’on m’énumère les compétences que les hétéros apporteraient aux sociétés humaines que les homos ne pourraient apporter. La conformité du couple hétéro au schéma divin ? Un tiers des Français ne croient en aucun Dieu, il n’y a aucune raison pour que des considérations purement religieuses s’imposent à eux par le biais des lois que ces considérations inspireraient, c’est le sens même de la laïcité.

Certes, ces quelques valeurs ont pu avoir un sens par le passé, quand les homos n’osaient pas se mettre ouvertement en couple stable, quand on ignorait que les enfants n’avaient pas obligatoirement besoin de parents hétéros pour être heureux et bien éduqués, quand la majorité des citoyens étaient croyants et pratiquaient la même religion. Elles n’ont plus de sens aujourd’hui. S’en débarrasser n’est pas une perte, c’est un progrès.

Quand Christine Boutin parle de perte de valeur, elle est partiale et partielle. Partiale parce que les valeurs dont elle parle sont désuètes pour la majorité d’entre nous ; partielle parce que si elle insiste sur les pertes, elle omet totalement de parler des gains. Et en terme de valeurs, puisque c’est le sujet qui semble lui tenir à cœur, le gain est considérable : la réaffirmation d’un principe fondamental de notre République, l’égalité de tous les citoyens.

La natalité

On entend encore (plus souvent il est vrai sous la plume des commentateurs de journaux en ligne que dans la bouche des politiques) l’argument de la natalité, qui veut que l’État serait suicidaire d’encourager une forme d’union qui serait stérile.

D’abord, la natalité n’est pas un problème en France, nous faisons même partie des pays occidentaux avec les plus forts taux de natalité. À titre personnel, je n’y vois d’ailleurs rien de glorieux ni même de souhaitable : sans aller jusqu’à tomber dans le malthusianisme, il me parait plus urgent de maîtriser la natalité que de la valoriser à tout prix.

Ensuite, il est question d’autoriser les unions homosexuelles, ce qui n’est pas la même chose que de les encourager, d’autant que je ne vois pas bien comment on pourrait encourager les gens à devenir homos. (Mais j’ai déjà mentionné comment la rhétorique catholique emprunte un peu rapidement les raccourcis entre autoriser, obliger, encourager…) Et puis les homos actuels ne s’engagent pratiquement plus dans des unions hétérosexuelles faute de mieux, comme pouvaient le faire leurs aînés ; les autoriser ou non à se marier entre eux a donc une influence quasi nulle sur le nombre des mariages hétéros, ceux qui seraient prétendument bons pour l’État par la vertu de leur naturelle fécondité.

Prétendument, car union homo ou hétérosexuelle, cette question de la fécondité n’existe pas. Les homos sont juste homos, pas stériles. Rien si ce n’est la législation n’empêche les couples homos d’avoir des enfants. De fait, beaucoup en ont. Comme c’est illégal (la manipulation du sperme en dehors du corps humain pour des raisons autres que médicales est interdite), je ne vais pas vous expliquer comment on fait des bébés avec un gay, une lesbienne et une seringue… Si problème de natalité il y a, il est dû à la loi qui interdit la PMA, pas à l’orientation sexuelle des couples.

Notons d’ailleurs que ce sont ceux qui reprochent aux homos de ne pas pouvoir fonder une famille qui s’opposent aussi à l’autorisation de la PMA et de l’adoption. À tous les coups on perd ! Ils reprochent aux homos de faire baisser la natalité et en même temps s’opposent à la loi qui leur permettrait de l’augmenter. Ils accusent les homos de bafouer les droits de l’enfant à avoir un foyer « normal » et en même temps les obligent à se rabattre sur des arrangements peu satisfaisants de co-parentalité entre couples gays et couples lesbiens. Il faudrait savoir. Le problème, c’est que nous ne puissions pas avoir des enfants, ou bien que nous puissions en avoir ?

Ce n’est pas prioritaire, ça ne concerne qu’une minorité

C’est justement parce que ça concerne une minorité que c’est prioritaire. Le degré de civilisation d’une société se mesure à la façon dont elle traite ses minorités et je ne vois pas bien ce qui pourrait être plus urgent que de nous améliorer sur ce sujet où nous ne brillons guère.

Par ailleurs, étendre le mariage aux couples homosexuels fait partie de la lutte contre l’homophobie, la lutte contre l’homophobie améliore les conditions de vie des homosexuels, ce qui se traduit par un coût social et économique moins élevé : moins de maladie dues au stress, moins d’agressions physiques donc moins d’interruptions temporaires de travail, plus grand sentiment de justice donc meilleure paix sociale… Bien traiter les minorités, c’est augmenter le bien-être de tous.

Enfin, les modifications de Code Civil dont il est question ici sont ridiculement faciles à faire. Il faut juste changer l’article qui définit le mariage et ensuite, mettre une armée de juristes sur la mise en cohérence de tout le reste ; ce qui consiste principalement à remplacer partout les termes mari et femme par un terme neutre. Si le gouvernement n’a pas les moyens de faire une chose aussi simple, alors il n’a les moyens de rien faire.

En fait, ce qui prend le plus de temps dans cette histoire, c’est de ferrailler avec l’opposition. Qu’ils se calment et ça dégagera plein de temps pour s’attaquer aux fameux autres problèmes qu’ils nous disent tellement plus urgents…

Être contre le mariage n’est pas homophobe

C’est encore ce qu’essaie piteusement de démontrer un prêtre dans les pages du Monde. Mais évidemment, ça ne tient pas, il ne suffit pas de clamer partout qu’on n’est pas homophobe pour ne pas l’être.

Il n’existe aucun argument contre l’ouverture du mariage aux homosexuels qui ne sous-entende pas, quand on creuse un peu et qu’on va au fond des choses, l’idée que les hétéros seraient supérieurs aux homos. Si cette supériorité était avérée, ce serait une simple description de la réalité et je ne trouverais rien à y redire ; mais elle ne l’est pas, dans aucun domaine, et notamment pas ceux que cite ce prêtre, comme par exemple l’éducation des enfants ou la capacité à fonder une famille. C’est donc un jugement de valeur négatif, arbitraire, qui entraine une discrimination.

Ce qui est la définition même de l’homophobie.

ゴジラ

Le copain a passé une quinzaine de jours au Japon pour son boulot et entre autres choses, il m’a ramené une figurine de Godzilla. À moi. Un fan inconditionnel de la science-fiction des années 1950. Il ne pouvait pas mieux tomber !

Rendez-vous compte. Un vrai Godzilla ! Pas une pâle imitation, hein. La tronche de monstre préhistorique, les écailles verdâtres, la forêt de sapins des Vosges qui clignotent sur son dos quand il est énervé, tout y est. Un petit coup de photoshop par dessus et on se croirait dans un film d’époque.

godzilla.jpg

Du coup, j’ai commandé le film, l’original, le premier de la saga, celui de 1954. Ca n’a pas été facile puisqu’il n’est plus édité en France et que les versions que l’on trouve à l’import n’ont évidemment pas de sous-titres en français. Je me suis rabattu sur la version proposée par le British Film Institute qui présente le double avantage de respecter le montage original (la version habituellement diffusée en Occident est légèrement remaniée) et d’avoir des sous-titres dans une langue compréhensible, à savoir l’anglais.

L’histoire : l’explosion de la bombe H à Nagasaki réveille un monstre préhistorique qui dormait jusque-là bien peinard au fond du Pacifique. La bestiole, très énervée, passe ses nerfs en coulant tous les bateaux qui passent à sa portée. Irrité, le gouvernement nippon déclare la guerre au monstre. Hélas, rien ne l’arrête, ni les armes conventionnelles, ni les avions de chasse, ni la clôture électrifiée géante bâtie pour l’occasion. Tokyo est détruite. Sur ces entrefaites, un scientifique découvre de façon fortuite une arme sous-marine qui pourrait venir à bout de Godzilla, mais traumatisé par ce que la science, mal utilisée, a permis à Hiroshima, il refuse de divulguer les secrets de son invention…

La première chose qui saute au yeux est que le style cinématographique est celui du cinéma soviétique d’avant-guerre. Il y a le noir et blanc de mauvaise qualité (la pellicule solarise, c’est à dire que les noirs et les blancs s’inversent quand les conditions d’éclairage deviennent trop fortes), les objectifs qui vignettent dans les coins, le scénario est bourré de messages de propagande, les acteurs sur-jouent à mort… On retrouve même des trucs d’Eisenstein, sa façon d’enchainer les champs contre-champs, ou encore sa façon de filmer les visages en gros plan. La musique est du même tonneau, on jurerait du Chostakovitch. Le contraste est violent avec le cinéma américain de la même époque. En 1956, Hollywood sort le cultissime Forbidden Planet : c’est en technicolor, le scénario est intelligent (une sorte d’adaptation en space-opera de La Tempête de Shakespeare), les acteurs ont un jeu naturel et moderne, les effets spéciaux sont potables, la musique fait appel aux techniques électro-acoustiques.

L’autre chose qui saute aux yeux, c’est que les Japonais ont été traumatisés par la dernière guerre. Le nucléaire est omniprésent, le monstre est radioactif, il y a des compteurs Geiger partout. La scène de la destruction de Tokyo est évidemment une référence à la destruction d’Hiroshima et Nagasaki, on croirait même certains plans, comme ces longs travellings sur les rescapés en guenilles, tirés des archives d’époque que l’on a tous vues dans divers documentaires. On trouve aussi le thème du scientifique qui refuse de divulguer ses découvertes de peur que les militaires en fassent une arme de destruction massive – une attaque à peine voilée contre les physiciens du projet Manhattan.

Malgré cette pique contre les États-Unis, c’est un Japon déjà très occidentalisé que l’on découvre. Le costume cravate y est largement plus répandu que le kimono et sur un des bateaux où un bal est donné, c’est sur de la musique américaine que garçons et filles dansent, flirtent et s’enlacent.

On se demandera quand même par quel mystère un film de série B tel que celui-là a pu enfanter une aussi riche descendance : une cinquantaine de films (aussi bien japonais qu’américains), des jeux vidéos, des bandes dessinées… Et des milliers de produits dérivés, tels que la figurine qui trône désormais dans ma bibliothèque !

Microsoft Excel

Quelques citations peu connues (et néanmoins rigoureusement exactes) de quelques personnages célèbres de la Seconde Guerre Mondiale.

 « Nous allons rendre fous des millions de salariés. Nous allons faire perdre des journées entières de travail à des millions d’entreprises. Pour cela, nous allons écrire le logiciel le plus anti-ergonomique et le moins intuitif jamais développé. Nous l’imposerons à 95 % des entreprises mondiales. Et nous l’appellerons : Excel. »  – Adolf Hitler

 « Dans Excel, il faudrait que les flèches droite et gauche du clavier ne se comportent pas de la même façon selon que l’utilisateur a commencé à éditer une cellule en tapant directement dedans ou bien en double-cliquant dessus. »  – Albert Speer

 « Dans Excel, il faudrait que les raccourcis claviers habituels de toute zone de saisie de texte, comme par exemple Ctrl+A pour tout sélectionner ou Ctrl+flèches pour se déplacer d’un mot entier, ne fonctionnent pas quand on édite le contenu d’une cellule. »  – Joseph Gobbels

 « Dans Excel, il faudrait que les paramètres d’impression s’appliquent à tout le classeur, et pas à chaque feuille individuellement. Ainsi, les utilisateurs qui ont des classeurs dont chaque feuille nécessite une mise en page différente ne pourront pas imprimer. »  – Hermann Göring

 « Dans Excel, il faudrait que cliquer sur le menu Imprimer et cliquer sur le bouton Imprimer ne donne pas le même résultat. Par exemple, on pourrait faire en sorte que le premier ouvre une boîte de dialogue tandis que le second imprime directement avec des options bizarres. »  – Heinrich Himmler

 « Dans Excel, il faudrait que quand l’utilisateur insère des cellules, dans la boite de dialogue qui lui demande s’il veut décaler les cellules existantes vers la droite ou vers le bas, ce soit par défaut systématiquement la mauvaise option qui soit cochée. »  – Klaus Barbie

 « Dans Excel, il faudrait afficher aléatoirement des messages d’erreurs injustifiés et incompréhensibles, comme par exemple : “impossible de déplacer des cellules”, ou bien “impossible de coller dans une cellule fusionnée”. »  – Joachim von Ribbentrop

 « Dans Excel, il faudrait que le format de cellule soit une option totalement invisible au premier abord, que son mauvais réglage provoque des dysfonctionnements incompréhensibles pour l’utilisateur, et surtout, il faudrait que le format de cellule par défaut ne corresponde jamais aux besoins les plus fréquents. »  – Rudolf Hess

 « Puisque dans tous les langages informatiques existants et dans toutes les notations mathématiques connues, on utilise la virgule pour séparer les paramètres d’une fonction, dans Excel, on utilisera le point-virgule. »  – Josef Mengele

Par ailleurs, il me semble clair désormais que les départements qualité ont été inventés parce qu’il fallait bien reclasser professionnellement les fonctionnaires nazis. Ce fut une réussite : la plupart se plurent à ces postes où ils pouvaient laisser libre court à leur tendance naturelle à pondre des procédures psychorigides qui ne servent à rien et à tyranniser leurs collègues.

Non mais sinon tout va bien au boulot, hein.

Énergie renouvelables

Les équipementiers font des choses très bien pour les motards. Par exemple, Nolan fabrique des oreillettes bluetooth qui ont l’immense avantage de s’intégrer à leurs casques. L’ensemble est admirablement conçu, preuve qu’une fois de plus, Italians do it better : il y a des gouttières préformées dans la mousse du casque pour faire passer les fils, pour encastrer les écouteurs et pour planquer la batterie dans l’épaisseur du rembourrage. Une fois l’ensemble installé, il n’y a plus que trois boutons de commande et un micro-connecteur USB qui dépassent. L’élégance.

Ce fort bel objet peut servir entre autres choses à téléphoner, à écouter la radio, à recevoir les indications vocales d’un GPS, ou encore à discuter avec son passager s’il est équipé d’une oreillette compatible. Pour ma part, je l’utilise surtout pour écouter la musique envoyée par le lecteur MP3 de mon smartphone. La qualité sonore est excellente, d’autant plus que mon casque est bien isolé phoniquement. Du moins, jusqu’à 90 km/h environ. Au-delà, les sifflements aérodynamiques couvrent la musique et on n’entend plus grand-chose. Mais c’est suffisant en ville ou dans les embouteillages.

Un problème reste toutefois que nombre des fonctionnalités de cette oreillette reposent sur le smartphone auquel elle est connectée via bluetooth. Ainsi toute la partie commande vocale, qui il faut bien le dire, n’atteint pas le niveau de fiabilité que laisse accroire la publicité d'Apple pour son Siri…

Par exemple, vous dites : « écouter Daft Punk » (c’est une chose peu connue, mais il faut savoir que ce groupe a pour seul et unique intérêt que sa musique est bien adaptée à la conduite d’une moto). Immédiatement, le système vous répond de sa voix synthétique : « J’appelle David ». Tout en énumérant mentalement toutes les personnes de votre carnet d’adresse dont le prénom est David en vous demandant sur laquelle ça va tomber (pourvu que ça ne soit pas cet ex / ce collègue / mon dentiste), vous hurlez : « NON ARRÊTE STOP ! » Imperturbable, le système vous répond : « Je n’ai pas compris. » Seule solution, lâcher précipitamment une main pour éteindre de force le système grâce à l’interrupteur situé sur le côté du casque. Un peu dangereux, quoi.

Un autre problème est que la batterie a une autonomie assez faible, environ une semaine avec l’usage que j’en fais. Je comprends qu’elle soit de petite taille, il n’y a pas beaucoup de place pour la loger et ce serait gênant qu’elle pèse trop lourd sur les cervicales. Mais à l’heure actuelle, alors que la mode est aux énergies renouvelables, Nolan aurait pu penser à simplement installer une cellule solaire au sommet du casque… Ca aurait été largement suffisant pour assurer l’autonomie du système, au moins les jours de beau temps.

Ou alors, toujours dans le style énergie renouvelable et qui fonctionne par tous les temps, ils auraient pu installer une petite éolienne derrière le casque, comme sur les avions. Mais bon, je veux bien concéder que cela aurait posé un tout petit problème esthétique de nature à heurter le sens aigu du design de nos ingénieurs italiens.

Dans la Lune

Le voyage dans la Lune a eu des retombées considérables : scientifiques, techniques et surtout, humaines. Profitons de la mort de Neil Armstrong pour en dire quelques mots ! (Liste subjective, personnelle, et bien sûr non exhaustive.)

La chose la plus immédiatement palpable ramenée par les astronautes des missions Apollo, ce sont évidemment les échantillons de roche lunaire. C’était une révolution. Pour la première fois dans l’histoire des sciences, des géologues pouvaient étudier des échantillons provenant d’un autre corps céleste que la Terre ! (Ce ne fut d’ailleurs pas la dernière, contrairement à ce qu’on pourrait croire. On soupçonne fortement certains « cailloux » retrouvés dans les glaces de l'Antarctique dans les années 1980 d’avoir une origine martienne : en effet, lors d’impacts météoritiques, des fragments de roche peuvent être éjectés de Mars à une vitesse suffisamment élevée pour être mis en orbite, puis, des millions d’années plus tard, retomber sur Terre.)

Le principal enseignement de l’analyse de ces roches est que la Lune est sensiblement faite du même matériau que la Terre. Ceci aurait tendance à accréditer l’hypothèse selon laquelle la Lune serait un bout de croûte terrestre arraché lors d’un violent impact avec un gros corps céleste à l’époque de la formation du système solaire. Mais cette hypothèse reste encore controversée. D’ailleurs, pas plus tard que cette année, de nouvelles analyses (des mesures d’abondances isotopiques) ont révélé que la Lune contenait exclusivement des matériaux d’origine terrestre. Or, s’il y avait eu collision, la Lune devrait aussi contenir des matériaux provenant de l’autre corps céleste, celui qui a heurté la Terre. Et ce n’est pas le cas. C’est assez fascinant de se dire que 40 ans plus tard, on est encore en train d’analyser ces roches lunaires et qu’elles ont encore des choses à révéler…

Une chose moins connue est que les astronautes n’ont pas fait que ramener des échantillons. Ils ont aussi laissé des instruments sur place, qui servent encore de nos jours. Notamment, ils ont installé sur le sol lunaire cinq réflecteurs catadioptriques. Il s’agit de miroirs agencés de telle sorte qu’ils renvoient toujours la lumière dans la direction exacte d’où elle provient. On les utilise dans le cadre d’une expérience conduite à l’Observatoire de la Côté d’Azur pour mesurer la distance Terre Lune, en tirant au laser sur ces miroirs lunaires et en mesurant le temps que le faisceau met à nous revenir.

J’ai vu personnellement fonctionner cette expérience, et c’est une chose assez extraordinaire. Il s’agit d’une véritable prouesse technologique : en moyenne, pour chaque tir laser, on reçoit en écho un seul photon. Oui, juste un seul. Et il faut non seulement s’assurer que c’est le bon, et pas n’importe quel autre photon parasite venu d’on-ne-sait-où ; mais de plus, il faut aussi mesurer à quelques pico-secondes près le temps qu’a duré son voyage. Ceci est obtenu avec un triple filtrage : un filtrage temporel (on sait à l’avance à 50 nano-secondes près le temps du voyage, donc on n’ouvre l’obturateur que pendant ce laps de temps-là), un filtrage spatial (on sait exactement d’où provient le photon puisqu’on sait où se trouve le réflecteur sur la Lune) et un filtrage spectral (le laser émet sur 532 nm exactement, un filtre interférentiel permet d’éliminer tous les photons qui reviennent et qui n’ont pas cette longueur d’onde). Je passe sur divers autres problèmes, comme par exemple le fait qu’entre l’émission et le retour, du fait de la rotation terrestre, l’Observatoire s’est déplacé d’environ 800 mètres dans l’espace…

Au final, cette expérience permet de mesurer la distance Terre Lune avec une précision de l’ordre du centimètre. À quoi ça sert ? D’abord, c’est beau, ce qui devrait être une raison largement suffisante. Ensuite, ça permet d’affiner les modèles théoriques qui décrivent le mouvement des objets en orbite terrestre, ce qui est utile quand on veut lancer des satellites. Enfin, ça a permis de valider la Relativité d’Einstein. Bon, ce n’est pas comme si on ne l’avait pas déjà validée des dizaines de fois avec des dizaines d’autres expériences, mais une confirmation supplémentaire ne fait jamais de mal ! Des projets comme les réseaux de positionnement par satellites (GPS ou GLONASS) ont bénéficié des connaissances apportées par ces données.

Les missions Apollo ont également permis de développer de nouvelles technologies, ou bien de populariser des technologies peu connues auparavant et qui ont eu des retombées sur nos vies de tous les jours. On peut citer par exemple les centrales inertielles (qui équipent aujourd’hui tous les avions de ligne et tous les sous-marins), le Téflon, le Gore-Tex… Je trouve toutefois malhonnête d’attribuer ces inventions à la conquête de la Lune, comme le font certains articles de journaux qu’on a pu lire la semaine dernière, parce que ces inventions auraient de toute façon été réalisées sans la NASA. Ça aurait juste été un peu plus tard et pris des voies différentes.

Mais la plus belle retombée des expéditions lunaires est pour moi humaine : le voyage dans la Lune a fait rêver toute une génération, il a occupé l’imaginaire de millions d’enfants et d’adolescents, Armstrong, Aldrin et Collins ont été des modèles positifs. Les gens qui sont nés après ne se rendent pas compte à quel point la conquête spatiale a façonné les années soixante et soixante-dix. Le moindre décollage de fusée justifiait une édition spéciale en direct de Cap Canaveral ; on lisait tous les bouquins et toutes les revues qui nous tombaient sous la main et qui parlaient de près ou de loin de voyages dans l’espace ; à l’école, on abordait la question en cours de sciences et une fois le cours fini, on profitait de la récréation pour aller jouer aux astronautes dans la cour ; David Bowie s’est fait connaitre grâce à un album qui parle de voyage intersidéral ; et sans les missions Apollo, la moitié des films de SF n’existeraient pas aujourd’hui – ou ils seraient en tout cas très différents.

Surtout, le voyage dans l’espace donnait envie de vivre l’avenir. Tout le monde était persuadé que la colonisation de la Lune allait commencer, qu’on irait en vacances sur les autres planètes, qu’on aurait des voitures volantes, des robots domestiques, et d’innombrables autres inventions qui nous rendraient la vie plus simple, plus confortable, ou peut-être tout simplement : plus merveilleuse, plus magique. Et tout ça était à portée de main, là, peut-être dans les années quatre-vingt dix, au plus tard en l’an 2000 !

Hélas, si nous regardions avec tant d’envie le XXIe siècle, c’est plutôt vers le passé que la plupart des gens regardent à présent… Il faut dire que notre époque ne regorge pas vraiment d’exploits comparables, qui seraient de nature à galvaniser toute une génération et qui pourraient nous donner envie d’espérer en l’avenir.

C’est bien pour ça qu’il faut lancer au plus vite les premières missions martiennes.

Nessie

Ce lac est bizarre. Pas étonnant que des centaines de témoins aient cru y déceler un monstre. D’abord, l’eau est noire. Vraiment noire. Même près du rivage, où la profondeur n’excède pas quelques dizaines de centimètres, on distingue à peine le fond, on a un sentiment inhabituel d’épaisseur, d’opacité. En amont du Loch, un système d’écluses permet aux bateaux de rejoindre le Caledonian Canal ; on a l’impression qu’elles sont remplies d’encre, tellement l’eau y est sombre.

loch_ness_01.jpg

Et puis sur ce lac, on voit en permanence des sillages curieux, des trucs qui flottent, des ombres, des endroits où les vagues se creusent soudainement sans raison apparente et d’autres où au contraire la houle disparait presque totalement… D’après ce que j’ai compris, ces phénomènes sont dus aux interactions entre plusieurs courants sous-marins et le vent en surface.

Ajoutons à tout cela un brouillard fréquent, quelques verres de whisky, un peu d’auto-persuasion, et voilà Nessie !

loch_ness_02.jpg

Le principal musée du coin joue la carte de l’honnêteté et ne laisse pas vraiment de place au mythe. Au fil des salles, on découvre les incohérences entre les témoignages (tant en terme de taille qu’en terme de morphologie) qui rendent peu crédibles que toutes ces apparitions soient dues à une seule et même bestiole. On apprend qu’à cause de l’opacité de l’eau, le plancton (qui a besoin de photosynthèse) se développe mal, ce qui limite la pyramide alimentaire au point qu’il est impossible que le Loch contienne assez de nourriture pour permettre à un quelconque animal préhistorique d’y survivre. Et on voit les résultats négatifs des innombrables campagnes d’exploration au sonar menées depuis quelques décennies.

Mais que le musée affirme l’inexistence du monstre n’empêche nullement la boutique attenante de faire tout son chiffre d’affaire en vendant des effigies de la bête ! C’est de bonne guerre et d’ailleurs ça marche, puisque j’en ai acheté une…

loch_ness_03.jpg

En ce qui nous concerne, ce brave Nessie, nous avons eu du mal à le trouver. Un peu partout, des cartes postales nous le montraient pataugeant au milieu d’un petit lac parmi la végétation ; la littérature au verso de ces cartes restaient hélas assez évasive quant à la localisation exacte de ce lac. Heureusement, les internets sont venus à notre secours ! Après de longues recherches, nous avons fini par trouver sur Flickr une photo identique à l’une de ces cartes postales ; parmi les commentaires de cette photo, des informations suffisamment précises pour nous permettre de localiser par recoupements l’endroit sur Google Map ; et sur la vue satellite, la preuve irréfutable qu’il était là. Dès le lendemain matin, nous étions sur place !

loch_ness_04.jpg

Le plus grand mystère du Loch Ness reste tout de même de savoir comment ça se prononce. Dans le musée sus-cité, la voix off du documentaire dit /lɒk/. Les habitants du coin disent /lɔx/ (même son que la jota espagnole) conformément aux règles de prononciation du scots. Et dans un film vu hier soir, un personnage dit carrément /lɔç/ (même son que dans ich en allemand).

En même temps, quand on sait qu’Édimbourg se prononce /ɛdɪnbərə/, on ne s’étonne plus de rien.

Conduire à gauche

Dans quelques jours, à nous les rives du Loch Ness, les distilleries des Highlands et les dantesques paysages de l’Isle Of Skye ! Je vous préviens, les Écossais, si je ne vois pas Nessie, même de loin, même un simple sillage flou à la surface de l’eau, je réduis le Château d’Édimbourg en cendres. Je prévois deux difficultés majeures à ce séjour : comprendre l’accent local, et le nombre de boutiques qu’il va falloir faire avant que je trouve un tartan qui me plaise pour mon kilt ; mais je n’ai peur de rien et à l’instar d’un Mac Leod, il faudra me décapiter pour que je renonce !

En ce qui concerne la conduite, je ne suis plus vraiment un débutant en matière de conduite à gauche, mais je me rappelle à quel point cela m’avait stressé la première fois que j’avais loué une voiture outre-Manche. Pour ceux que ça intéresse, voici donc un petit gros billet sur la question, le genre de billet que j’aurais aimé lire à l’époque de ma première fois sur les routes de Sa Majesté.

D’abord, la voiture. Je conseille d’en louer une sur place : tant qu’à conduire à gauche, autant avoir le volant du bon côté ! Avec une voiture française, vous aurez des problèmes de visibilité pour doubler, vous aurez les phares qui éclaireront du mauvais côté de la route (les phares d’une voiture sont toujours réglés en biais, pour bien éclairer le bord de la chaussée tout en évitant d’éblouir les conducteurs en face), vous galèrerez aux péages et aux distributeurs de tickets de parking, etc. Sans parler du compteur de vitesse gradué en kilomètres alors que toute la signalétique est en miles.

Une question que l’on peut se poser (en tout cas, moi, je me l’étais posée) est de savoir si dans une voiture anglaise, le poste de conduite est juste déplacé à droite, ou bien si tout est inversé comme dans un miroir. Là-dessus, je vous rassure, rien ne change ! L’embrayage et la commande des clignotants sont toujours à gauche, tandis que l’accélérateur et la commande des essuie-glaces sont toujours à droite. De même pour la boîte de vitesses, la première reste à gauche (donc loin de vous) et la cinquième reste à droite (donc près de votre genou gauche). Au pire, si vous avez peur de ne pas réussir à passer les vitesses de la main gauche, vous pouvez toujours louer une automatique. Mais franchement, ce n’est pas difficile, on s’habitue vite.

Au niveau circulation maintenant, je ne vais pas vous mentir, la première journée est abominable. Il faut tout réapprendre. Réapprendre le placement sur la chaussée, parce que ça n’a l’air de rien, mais se trouver à droite de la voiture change la perception qu’on a du véhicule dans l’espace ; réapprendre les endroits et les directions d’où peuvent venir les dangers, ce qui implique de regarder dans le bon rétro et tourner la tête du bon côté aux bons moments ; réapprendre les contrôles lors des arrivées aux intersections… Faire un simple demi-tour sur une route étroite vous demandera cinq manœuvres au lieu d’une habituellement. Évitez aussi d’avoir à faire un créneau en plein milieu d’une grosse artère ; pour votre première journée, visez plutôt les parkings déserts… Il est également possible que vous rayerez plus d’une fois les enjoliveurs des roues gauches contre le trottoir.

Le soir, vous serez dans un état d’épuisement nerveux inimaginable. Mais après une bonne nuit de sommeil, en reprenant le volant le lendemain, vous découvrirez à votre grande surprise que tout ira beaucoup mieux ! C’est que vous aurez inconsciemment intégré les automatismes et serez bien plus à l’aise. Votre cerveau est incroyablement plastique, il possède une grande capacité de désapprentissage et d’apprentissage. Au bout d’une semaine, vous trouverez la conduite à gauche tellement évidente et naturelle que c’est le retour en France que vous commencerez à craindre. Ne vous inquiétez donc pas trop. Il suffit de pratiquer et ça vient tout seul. Il faut juste survivre à la première journée.

Il faut aussi noter qu’il y a quelques subtiles nuances entre notre Code la Route et le Highway Code britannique ou irlandais.

Tout cela est bel et bon mais évidemment, je vous vois venir avec vos gros sabots avec votre chapeau melon : votre plus grande peur est qu’à la suite d’un réflexe malencontreux, au détour d’une intersection, vous vous retrouviez à circuler du mauvais côté de la route !

Si vous êtes en Angleterre, je vous rassure, il est tout simplement impossible que cela vous arrive. Le réseau britannique est surchargé. Même en pleine nuit, même au fin fond du Wiltshire, le concept de « petite route déserte » n’existe pas. Comme il vient toujours quelqu’un en face, il est virtuellement impossible de se tromper et de se mettre à rouler du mauvais côté.

En revanche, si vous êtes en Irlande ou au milieu des Highlands, il est possible que vous vous trouviez sur une route déserte. Dans ce cas, rien ne vous empêche de vous tromper et d’ailleurs, je vous avoue que ça m’est arrivé une fois, une seule et unique fois, pendant cinquante mètres, j’ai roulé du côté droit de la route. Restez concentré ! Le plus gros piège, ce sont les routes très étroites : si vous devez croiser un véhicule venant en sens inverse, pensez surtout à le croiser par la gauche, c’est à dire à serrer le bas-côté gauche de la route. En bon continental, on a le réflexe de faire l’inverse.

Il y a cependant un truc auquel je ne me suis jamais habitué, juste un petit truc, malgré des années de pratique. Quand je m’assois au volant d’une voiture anglaise, je cherche systématiquement la ceinture de sécurité à ma gauche. Rien à faire, j’essaie d’y penser, je me concentre, mais c’est un réflexe, pour peu que je sois pressé ou distrait par autre chose, je m’assois, j’insère la clef dans le contact et ma main droite va instinctivement chercher cette foutue ceinture au dessus de mon épaule gauche. Là où il n’y a rien, en l’air, entre les deux sièges. Mais je ne désespère pas, mon cerveau réussira bien un jour à désapprendre ce geste idiot…

La Part Des Anges

J’ai toujours eu un faible pour le cinéma social anglais, avec des films comme The Full Monty, Brassed Off, Billy Elliot ou même Get Real. Impossible donc de passer à côté de The Angels’ Share, le dernier Ken Loach.

angelsshare.jpg

C’est l’histoire d’une bande de paumés condamnés à quelques heures de travaux d’intérêt généraux suite à des conneries mineures. L’une est kleptomane, l’autre tellement idiot qu’il se laisse toujours embarquer dans des coups minables, un autre a des problèmes de comportement violent – principalement en réaction à sa belle-famille qui le traite comme une merde et ne rate pas une occasion de lui casser la gueule. Tout ce beau monde fait la connaissance d’un vieil éducateur qui va tenter de les réinsérer en les initiant au monde du whisky.

Le scénario est cousu de fil blanc, les choses se mettent en place de façon si évidente qu’on en devine l’issue dès la moitié du film. Mais ça n’est pas très grave, on passe un bon moment entre les frasques de cette petite bande, l’anglais mâtiné de scots qu’ils parlent, les dégustations de whisky, la visite des bas fonds de Glasgow ou celle d’une distillerie des Highlands.

Contrairement au cinéma américain, tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Pas de lutte du Bien contre le Mal, pas de rédemption par la souffrance. Au contraire, si nos amis s’en sortent, c’est plutôt par l’alcool et en ne faisant pas que des choses légales. Et les acteurs n’ont pas tous des tronches à faire la une des magazines de mode. Ce qui ressemble assez à la vraie vie, finalement, et c’est ça qui me plaît bien.

La grosse frustration, en revanche, c’est de voir et d’entendre parler de whisky pendant une heure trente sans en avoir sous la main. Du coup, je me suis rué sur une bonne bouteille en sortant du cinéma…

Fête Nationale

photo

Ablutions

Nous avons dans notre nouvelle maison une salle de bain absolument magnifique. La douche est spacieuse, avec une marche pour s’asseoir et une étagère pour aligner les produits de beauté. Les murs sont vert jade, le carrelage est un joli damier vert et blanc, il y a des frises de galets au mur et des poissons rouges sur la porte de douche. La pression est bonne, on peut choisir entre quatre jets différents, un thermomètre donne la température de l’eau. Il ne se passe pas un matin sans que je nous félicite d’avoir dessiné et bâti une salle de bain aussi agréable.

Hélas, partout ailleurs dans le monde et notamment dans les hôtels, campings et autres lieux de vacances, les salles de bains semblent avoir été conçues par le diable en personne.

Il y a les pommeaux de douche fixés au mur de façon inamovible et leur contraire, les pommeaux de douche impossibles à faire tenir au mur. Avec les premiers, l’eau ne pouvant tomber que du dessus de votre tête, il est impossible de se rincer correctement l’entre-jambe. Avec les seconds, comme vous avez toujours une main prise pour tenir le machin, il ne vous en reste plus qu’une seule pour vous savonner. Variante assez sadique : les douches où le pommeau ne tient sur son support mural que dans une position telle que l’eau ne vous tombe pas dessus mais arrose le mur.

Il y a les cabines munies d’un rideau. Je ne crois pas qu’il existe de sensation plus désagréable au monde que celle du rideau de douche en plastique froid et mouillé qui vient se coller à votre peau. Il y a aussi les cabines munies d’une porte qui ferme mal, ou bien tout simplement démunies de tout moyen de fermeture ; et c’est la peur incessante du dégât des eaux qui vous gâche le plaisir de la douche.

Il y a les douches non thermostatées, où vous passez votre temps à lutter contre ces foutus robinets qui ne proposent que deux réglages : froid polaire ou lave en fusion. Mention spéciale pour les chauffe-eau à gaz, que les allumages et extinctions aussi intempestifs qu’aléatoires transforment en de remarquables pourvoyeurs de douches écossaises.

Il y a les douches asthmatiques qui ne déversent leur eau qu’avec une telle parcimonie, mince filet ou goutte-à-goutte, que le rinçage de votre abondante chevelure devient un authentique calvaire. Pour peu que l’eau soit pauvre en calcaire, le calvaire devient supplice : le shampoing mousse plus que d’habitude tout en étant encore plus difficile à rincer.

Quant à la plomberie anglaise, ma fréquentation des hôtels, Bed & Breakfast et autres Guest House dans les campagnes de l’autre côté du Channel m’a apprit depuis longtemps qu’elle pouvait cumuler tous ces problèmes à la fois, ce qui est une sorte de performance tout à fait remarquable.

Je comprends bien l’objectif des tenanciers d’établissements. Si les douches étaient agréables dans les hôtels, leur consommation d’eau s’en verrait probablement doublée, ce qui ne serait ni économique, ni écologique. Mais tout de même, ces problèmes aquatiques, ça me gâche un peu les vacances à chaque fois.

(Mise à jour : cette petite planche signalée par un aimable lecteur illustre à merveille ce billet !)

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13