De l’eau de là-haut

Le propriétaire d’un terrain est libre de disposer de l’eau de pluie qui s’y déverse. Nous avons donc souhaité récupérer cette eau afin d’alimenter les toilettes de la maison, ainsi que le lave-linge. Il ne s’agit pas de faire des économies, le système ne sera probablement jamais rentabilisé vus les faibles volumes en jeu et vu le coût dérisoire du mètre cube d’eau de ville chez nous. Il s’agit plutôt d’une démarche écologique et aussi, il faut bien le dire, de satisfaire les bricoleurs insatiables que nous sommes !

Quelques calculs pour commencer. D’après les archives météorologiques, il tombe environ 50 mm d’eau par mois dans notre région. Les pentes des gouttières, la disposition des tuyaux de descente et la forme de la maison nous permettent de récupérer facilement l’eau sur la moitié du toit, soit environ 40 m². Il est donc théoriquement possible de collecter 2000 litres par mois. Côté usage, si l’on compte 5 chasses d’eau de 10 litres par jour et 2 machines à laver de 40 litres par semaine, on atteint 1820 litres par mois. Les besoins devraient donc être couverts.

Mais entrons dans le vif du sujet !

L’eau qui descend des gouttières est collectée par des prises sur les tuyaux de descente, puis guidée vers deux citernes en plastique couplées de 310 litres chacune. Attention à installer au moins un des collecteurs de telle sorte que le tuyau de sortie soit horizontal : c’est ce qui permet à l’eau de refouler vers la gouttière puis vers les égouts lorsque les citernes sont pleines, plutôt qu’elles ne débordent par leur couvercle.

pluie_1.jpg

C’est le point faible de notre installation. Comme ces citernes sont à l’extérieur, elles sont sensibles au gel ; les températures sont rarement négatives par ici, mais ça peut arriver et il faudra surveiller le système ces jours-là. D’autre part, la contenance est insuffisante pour faire efficacement tampon. Il arrive qu’il pleuve alors que les citernes sont déjà pleines, et inversement, qu’il ne pleuve pas pendant des jours alors que les citernes sont vides. Enfin, ces citernes en plastique ne neutralisent pas l’acidité naturelle de l’eau de pluie. Des parois en béton, un matériau alcalin, auraient été préférables.

pluie_2.jpg

L’eau pénètre ensuite dans la maison par une canalisation en PER de 12 mm et descend par gravité vers une seconde cuve de 250 litres, située dans la buanderie à la cave. Cette cuve remplit deux offices : accroitre la capacité de stockage, à l’abri du gel de surcroit, mais aussi assurer automatiquement le relais par l’eau de ville en cas de déficit d’eau de pluie.

Ce relais est obtenu par le truchement de deux robinets à flotteur. Les robinets sont disposés de telle sorte que l’arrivée d’eau de ville soit assez haute pour ne jamais être en contact avec la surface de l’eau de pluie : ceci garantit que l’eau de pluie ne peut jamais être aspirée à l’envers dans le réseau d’eau potable et le contaminer. Outre notre sécurité sanitaire, la présence de cette déconnexion physique entre les réseaux est imposée par la réglementation. Les flotteurs des robinets sont réglés afin que la cuve se remplisse en priorité d’eau de pluie, puis seulement en dernier recours d’eau de ville. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, ceci a nécessité une modification assez radicale de l’un des flotteurs…

pluie_3.jpg

L’avantage des robinets de chasse d’eau utilisés ici est qu’ils ne coûtent pas cher, se trouvent partout, sont faciles à bricoler pour s’adapter à l’usage voulu. Leur inconvénient est leur faible débit ; un problème aggravé ici par la faible pression due au faible dénivelé entre les cuves intérieures et extérieures. Il faut une bonne dizaine de minutes pour remettre la cuve à niveau après une chasse d’eau, une bonne heure après une machine à laver. Ça fonctionne chez nous, mais pour une famille nombreuse où six personnes tirent la chasse à la suite (au coucher par exemple), il existe un risque de vider entièrement la cuve secondaire et de désamorcer la pompe.

pluie_4.jpg

L’eau de la cuve est ensuite aspirée par une pompe et stockée sous pression dans un petit ballon. Une crépine permet de filtrer grossièrement l’eau pour protéger la pompe, tandis qu’un clapet anti-retour permet de maintenir la pression dans le ballon lorsque la pompe ne fonctionne pas. Sans clapet, l’eau refoulerait à l’envers à travers la pompe arrêtée et retournerait dans la cuve. Un capteur déclenche la pompe lorsque la pression dans le ballon chute sous 0,8 bars et l’arrête lorsqu’elle atteint 2,5 bars.

La pompe est fixée sur un support de caoutchouc, lui-même posé au sol sur quatre patins amortisseurs. L’aspiration et le refoulement sont connectés par des tubes souples. C’est que nous avions peur du bruit et des vibrations, surtout en cas de déclenchement en pleine nuit, lorsque quelqu’un tire une chasse d’eau à trois heures du matin. Mais à l’usage, ces précautions se sont avérées surdimensionnées : la pompe est relativement silencieuse et vibre peu.

pluie_5.jpg

L’eau de pluie est propre lorsqu’elle tombe du ciel, mais après avoir lessivé le toit puis stagné dans la gouttière avec les feuilles mortes et les déjections aviaires, elle est contaminée lorsqu’elle arrive dans les cuves. Elle doit donc être filtrée avant usage. Nous avons installé deux filtres en sortie de pompe. Le premier est un filtre bobiné 5 μm qui retient les impuretés ; le second est un filtre à charbon actif qui élimine les résidus de matières organiques susceptibles de conférer une mauvaise odeur à l’eau.

À la sortie des filtres, l’eau n’est bien sûr pas potable ; mais elle est largement assez propre pour servir à la chasse d’eau des toilettes et pour faire une lessive. À l’usage, nous avons constaté que le linge lavé à l’eau de pluie présente une odeur de frais moins marquée qu’habituellement. Je ne sais pas si c’est le fait de résidus organiques dans l’eau ou simplement l’absence totale de calcaire qui fait que la lessive et l’assouplissant se comportent différemment d’un point de vue chimique. Il est par contre beaucoup plus souple, moins rêche ; c’est très agréable.

Reste à faire : étiqueter clairement tout le circuit d’eau de pluie comme non potable. C’est une obligation légale, destinée à protéger de tout risque sanitaire un éventuel futur acquéreur de la maison.

* * *

Bilan après un peu plus de six mois : une diminution de notre consommation d’eau de ville d’environ 15 m³, soit 80 €. C’est conforme à ce que nous attendions et ça confirme que le système ne sera jamais rentable ! Surtout qu’il faut déduire le prix des consommables (les filtres) et de l’électricité pour faire tourner la pompe. Mais ce n’est pas très grave, ce n’était pas l’objectif.

Erreurs à ne pas refaire et choses apprises :