Essai du Shoei Neotec

J’aimais bien mon vieux Nolan N104, pour plein de raisons : l’axe excentrique de la mâchoire, qui permet à cette dernière de passer loin du visage avant de revenir près du menton se verrouiller, l’excellent contraste de la visière solaire, la largeur du champ de vision, le confort global, l’intégration parfaite de l’intercom… Mais il avait un défaut majeur : son aérodynamique d’armoire normande.

Un casque pas aérodynamique, ça produit du bruit et des turbulences. Je parlais justement de l’intercom ; en pratique, il était inutilisable au-delà de 80 km/h à cause du niveau sonore ambiant. Quant aux turbulences, elles font brinquebaler la tête et tout le haut du corps, surtout quand on double un poids-lourd, ce qui en plus d’être pénible, perturbe la stabilité de la trajectoire.

Avec ma précédente moto, ces inconvénients restaient minimes, je suppose parce que la bulle déviait convenablement le flux d’air au-dessus du casque. Avec la Z1000, ce n’est plus le cas. Mais alors, plus du tout ! En plus, ce vieux casque atteignait la limite des cinq ans. Deux bonnes raisons d'en changer.

J’ai hésité des semaines entre un Schuberth C3, un Shoei Neotec, un Shark Evoline 3, voire, pourquoi ne pas rester chez (une filiale de) Nolan, un X-1003. Après avoir épuisé quelques vendeurs dans quatre ou cinq magasins, après les avoir tous essayés quinze fois, après avoir sondé Twitter, mon choix s’est porté sur le Shoei. (J’ai ensuite hésité pendant des jours et jusqu’à la dernière seconde sur la couleur, mais c’est un autre sujet, je suis sûr que le vendeur m’a déjà pardonné de lui avoir fait retourner sa réserve pour trouver un modèle blanc à ma taille pour finalement choisir le noir…)

Bon alors, ce Shoei Neotec ?

Sur le point qui me gênait le plus, c’est une réussite : l’aérodynamique est bonne, ce qui donne une ambiance sonore bien moins pénible et surtout, plus aucune turbulence. Sur l’autoroute, la moto file sur des rails et je n’ai plus la tête secouée en tous sens dans le sillage des poids-lourds. En fait, j’ai été stupéfait de voir à quel point juste changer de casque pouvait changer le comportement et le confort de toute la moto ! L’insonorisation est honnête, elle filtre bien le bruit du moteur et de la route sans trop atténuer les bruits de la circulation. Autre point positif : l’aération. Elle est efficace et les clapets sont faciles à trouver et à manipuler avec des gros gants.

Rien à dire non plus niveau confort, enfilage en gardant les lunettes, manipulation de la mâchoire, verrouillage de la mentonnière, etc. Tout cela est de très bonne facture, comme on peut s’y attendre sur un casque de cette gamme. Aucun problème de buée non plus, non seulement il y a un écran Pinlock, mais il y a aussi un cache-nez qui dévie vers le bas l’air humide expiré pour éviter qu’il ne frappe la visière.

Autre détail sympathique, le champ de vision me semble plus étendu vers le haut que sur le Nolan. C’est appréciable sur la Z1000 où la position de conduite est légèrement basculée vers l’avant. On peut se pencher un peu sur le réservoir sans trop se casser la nuque pour continuer à voir la route.

Mais j’avais de grandes espérances ! J’attendais la perfection, du coup je suis forcément un peu déçu… Certes l’ambiance sonore est plus agréable qu’avec le N104, mais on m’avait tellement vanté « un des casques les plus silencieux du marché » que je m’attendais à mieux… Et quand les écoutilles d’aération sont ouvertes, il se produit parfois de petits sifflements aérodynamiques.

Petite déception également à propos de la visière solaire. Alors que celle du Nolan magnifiait le contraste, celle-ci le dégrade, comme si on regardait à travers un léger voile. De plus, elle donne une teinte vaguement violette au paysage. Je n’aime pas non plus l’emplacement de la commande, près de l’oreille gauche. (Deux points sur lesquels mon cerveau devrait s’habituer très vite, ceci dit.)

Dernier détail décevant (et surtout bizarre), il est précisé dans la documentation qu’il est interdit de conduire la nuit avec l’écran Pinlock. J’ai un peu cherché et d’après ce que j’ai compris, la réglementation européenne impose pour la conduite nocturne que la visière transmette plus de 80% de la lumière, or la visière du Shoei avec le Pinlock en place transmet tout juste 80%. Franchement, pour si peu, c’est ridicule, surtout que je ne connais pas un seul motard qui va s’amuser à démonter et remonter l’écran sans arrêt. Et puis le remède risque d’être pire que le mal, vu que la légère amélioration en vision nocturne apportée par le démontage du Pinlock sera réduite à néant par l’apparition de buée.

Le regret, c’est que tous ces petits détails ne peuvent se voir qu’après quelques jours d’essais en moto. Donc après achat. Si ça se trouve, le Schuberth qui semblait moins bien dans le magasin était mieux sur route, mais je n’ai aucun moyen de le savoir ! À quand les magasins qui laissent essayer les casques en situation réelle ?